Pierre Bérégovoy s’est-il réellement donné la mort le 1er mai 1993 ?
Plusieurs faits troublants et témoignages contradictoires ébranlent sérieusement
la thèse officielle du suicide.

BérégovoyLe 1ier mai 1993, Pierre Bérégovoy est retrouvé mort au bord du canal de Nevers, deux balles dans la tête. L'enquête officielle conclut rapidement au suicide : l'ancien Premier Ministre, dépressif depuis la défaite de la gauche aux législatives et impliqué dans des affaires politico-financières, n'aurait pas trouvé d'autre issue que de mettre fin à ses jours. Mais beaucoup contestent cette version et pensent qu'il a été assassiné pour raison d'état. Il n'y avait aucun signe qu'il était dépressif au point de se donner la mort. Au contraire, il était combatif et c'est justement parce qu'il n'était pas personnellement impliqué dans ces affaires politico-financières que tout le monde s'est accordé pour rendre un hommage particulier à cet homme intègre qui avait la volonté de combattre la corruption. Ce premier Ministre en savait trop sur les nombreuses "affaires" qui gangrènent la République sous François Mitterrand. Il avait eu l'imprudence de l'annoncer devant l'Assemblée nationale en brandissant une liste. C'est alors que les ennuis commencèrent pour lui et ses proches, dont les appartements ont été cambriolés. De nombreux indices indiquent qu'il a été assassiné par des militaires ou des policiers : on a entendu deux coups de feu, la blessure était au sommet du crâne, il a été transporté au Val de Grace alors qu'il était déjà décédé... Sa volonté ferme de lutter contre la corruption avait donc tant d'impact que toute la clique des politiciens corrompus, verreux, se seraient permis de l'éliminer.

Suicide ou meurtre ? La thèse du suicide a empêché toute enquête, l'affaire fut vite classée. La preuve :
Le rapport d'autopsie n'a jamais été communiqué, même pas à sa femme lorsqu'elle l'a demandé. Peu après, la presse révéla les procès pour financement occulte des partis de Droite comme de Gauche. Les responsables des partis incriminés s'auto-amnistièrent, et toute cette classe de polititiens décrétèrent que le financement publique des partis politiques se ferait en prenant sur les impôts. N'est-ce pas le comble de la malhonnêteté de nos élus ?

Une énorme affaire d'Etat

Un journaliste publie une contre-enquête troublante sur la mort de l’ex-Premier ministre préféré des Français. Bref, ceux qui liront "L'homme qui a été assassiné" en seront convaincus, c'est une énorme affaire d'Etat qui affecte autant la Droite que la Gauche. D'ailleurs, les responsables politiques ont été tous d'accord pour enterrer l'affaire, comme ils ont été tous d'accord pour s'amnistier mutuellement au sujet du financement occulte des partis politiques.
En plus, ils n'ont pas trouvé mieux que nous les faire financer au moyen de nos contributions !!! Ainsi les deux partis dominants vont pouvoir dominer la scène sans se soucier du nombre d'adhérents. Monsieur Bérégovoy a donc déclenché la machine infernale. "L'enfer est pavé de bonnes intentions."

Retour

Page précédente